12 règles de savoir-vivre indispensables dans un club de JJB

Vous êtes ici : Accueil > Entraînement JJB > 12 règles de savoir-vivre indispensables dans un club de JJB
12 règles de savoir-vivre indispensables dans un club de JJB

Lorsqu’on débarque pour la première fois dans un club de JJB, on se doute rarement qu’il y a des règles de savoir-vivre à respecter. C’est d’autant plus le cas si c’est la première fois que l’on pratique des arts martiaux. Le débutant peut trouver ses règles contraignantes voire futiles mais, loin de là, elles permettent de pratiquer le Jiu Jitsu Brésilien en toute sécurité et dans la bonne entente.

Je n’avais aucune connaissance de ses règles lorsque j’ai débuté et c’est pour cette raison que j’écris cet article fondamental sur les règles de savoir-vivre dans un club de JJB.

#1 Soyez propre

Venez à l’entraînement avec des affaires propres

Par respect pour vos partenaires, venez à l’entraînement avec un kimono et une ceinture propres, secs et sans odeurs fétides. Lavez votre kimono et votre ceinture après l’entraînement et faites-les bien sécher.

Certains vous diront de ne pas laver votre ceinture car c’est le reflet de vos efforts et du temps passé sur les tatamis. Mais le bon sens et le respect pour vos partenaires vous diront que vos affaires pleines de sueurs non lavées peuvent transmettre des infections (mycoses, staphylocoque doré, etc.)

Si vous vous entraînez plusieurs jours d’affilés, vous avez donc une très bonne excuse pour acheter un nouveau kimono de JJB ;-).

Ayez une hygiène irréprochable

Comme votre kimono et votre ceinture, vous serez en contact direct avec vos partenaires. Alors, brossez-vous les dents et mettez du déodorant ;-).

Après l’entraînement, prenez votre douche dès que possible pour minimiser les risques d’infections microbiennes. Il existe des savons spécialement conçus pour combattre les microbes.

Cliquez-ici pour voir les ravages que peuvent causer les infections du type staphylocoque dorée (âmes sensibles, s'abtenir)

Cliquez-ici pour voir les ravages que peuvent causer les infections du type staphylocoque dorée (âmes sensibles, s'abtenir)

Un cas de staphylocoque doré en image:

Une bonne hygiène est importante quand on pratique le JJB car cela permet d'éviter les infections de type staphylocoque.

C’est l’une des images plutôt « soft » que j’ai trouvée. Le staphylocoque doré peut causer bien pire. Même si les risques sont faibles, ils ne sont pas inexistants. La meilleure solution est de faire attention à son hygiène.

Voici une page en anglais où vous en apprendrez plus sur les infections que l’on peut attraper si on ne fait pas attention à son hygiène.

#2 Arrivez à l’heure à l’entraînement

Soyez ponctuel par respect pour votre professeur et vos partenaires.

Et s’il vous arrive d’être en retard…

Attendez que le professeur vous fasse signe de rentrer lorsque vous êtes en retard

Lorsque vous êtes retard, attendez au bord du tatami que votre professeur vous fasse signe de rentrer.

#3 Alignez-vous avec vos partenaires pour le salut

Au début et à la fin de chaque cours de JJB, les élèves et les professeurs se saluentAu début du cours de JJB mais aussi à la fin, les élèves s’alignent généralement au bord du tatami en face du professeur pour effectuer le salut.

Le salut consiste simplement à se tenir droit et à s’incliner légèrement au signal du professeur.

L’alignement des élèves se fait par couleur de ceintures, du plus gradé au moins gradé.

Il arrive que dans certains clubs, il n’y ait pas de salut ni d’alignement par grade. A la Roger Gracie Academy par exemple, les élèves s’alignent le long du mur sans ordre de grade et le prof vient les saluer un par un. Dans le doute, rangez-vous par grade.

Serrez la main du prof à la fin du cours

Les élèves tapent dans la main du prof et des autres partenaires à la fin du cours de JJB pour se remercierAprès le salut de fin de cours, les élèves font la queue pour aller serrer la main du prof et se placer derrière lui pour serrer celles des autres élèves.

C’est le moment où l’on remercie notre professeur pour ce qu’il nous a enseigné et nos partenaires pour s’être entraînés avec nous.

#4 Ne marchez pas pieds nus en dehors du tatami

Si l’on marche en dehors du tatami pieds nus, on risque de ramener toutes les saletés avec nous lorsqu’on remontera dessus. N’oubliez pas que lorsqu’on combat au sol, on se retrouve souvent la tête sur le tatami…

Ayez donc une paire de tongs ou de sandales pour pouvoir circuler en dehors du tatami.

Une chose à laquelle on ne fait pas attention lorsqu’on débute, c’est de ne pas se mettre pieds nus dans les vestiaires (au moins avant l’entraînement). Passez de vos chaussures de ville à vos sandales pour éviter d’avoir les pieds sales.

Corollaire: Pas de chaussures sur le tatami

J’imagine que vous ne mettez pas vos chaussures sur votre lit à la maison. Alors ne les mettez pas sur le tatami!

Sur le tatami, on est pieds nus. Tout simplement !

#5 Silence lorsque le professeur parle !

Lorsque le professeur explique une technique ou donne des indications, que ce soit sur les techniques, sur les exercices à faire ou toute autre instruction, les élèves doivent se taire et écouter.

Dans mon club, le professeur jette un regard meurtrier aux élèves bavardeurs. Et gare à celui qui n’a pas suffisamment prêté attention à l’explication de la technique et qui la réalise mal!

Prix de la sentence: entre 10 et 100 pompes en fonction de l’humeur 🙂

#6 Priorité aux gradés

Lorsqu’on choisit son adversaire pour les randoris (i.e les combats), les gradés ont la priorité sur le choix des adversaires.

Si vous vous dirigez vers un partenaire en même temps qu’un élève plus gradé que vous, vous devez lui céder la place.

De même si vous avez un partenaire de randori mais que celui-ci décide d’aller aux toilettes (par exemple), vous devez accepter de combattre avec un élève plus gradé s’il vous l’a demandé entre temps.

#7 Pendant les combats, faites de la place aux plus gradés

Toujours dans la même optique, si 2 binômes entrent en collision sur le tatami pendant un combat, ce sont les élèves les moins gradés qui doivent se décaler pour faire de la place à leurs aînés.

#8 Saluez votre partenaire avant un combat

Les combattants de JJB se saluent avant leur combatAvant de commencer un combat, on se met à genou devant son partenaire et on se salue  en se tapant dans la main. En gros, on fait un « check » pour annoncer que l’on est prêts l’un l’autre.

De même, on resalue son partenaire lorsqu’on reprend un combat, que ce soit après une interruption ou une soumission.

Gagner ou perdre à l'entrainement de JJB n'a pas d'importance. Prenez du plaisir et combattez dans la bonne humeur !

Que l’on perde ou que l’on gagne, le plus important c’est de prendre du plaisir et de s’entraîner dans la bonne humeur.
Les plus grands ne l’oublient pas et se félicitent après le combat (ici Guilherme Mendes, multiple champion du monde de JJB et Joel Tudor, ancien vainqueur des Pan Ams).

#9 Tapez lorsque vous vous faites soumettre, et tapez tôt

Lorsqu’on commence à sentir la douleur de la soumission et qu’on ne voit pas de solution échappatoire, on signale à son adversaire que l’on capitule en tapant 2 fois brièvement sur lui du plat de la main.

  • Si on ne peut pas taper sur notre partenaire, on tape du plat de la main sur le tatami, suffisamment fort pour que notre partenaire entende et arrête la soumission;
  • Si on ne peut pas taper de la main, on tape 2 fois du plat du pied sur le tatami;
  • Si on ne peut ni taper de la main, ni du pied, dites-lui stop ou poussez un cri de douleur ;-).

Tapez tôt pour vous entraîner durablement

Attention! Taper ne signifie pas « frapper ». On ne cherche pas à brutaliser son partenaire pour qu’il lâche prise, cela n’aura que l’effet inverse!
Taper est le signal qui annonce à votre partenaire de relâcher sa soumission avant de vous blesser.

Lorsqu’on s’entraîne, il est important de laisser son égo au vestiaire. Vous ne prouverez rien à personne et vous ne gagnerez rien en résistant comme un forcené à une soumission déjà bien engagée, si ce n’est une blessure qui vous tiendra loin des tatamis pendant plusieurs semaines.

Donc quand vous sentez la soumission inévitable et que vous n’êtes pas sûr d’avoir une solution pour y échapper, il vaut mieux taper tôt plutôt que de vous blesser. Au final, vous ne cherchez qu’à devenir meilleur que le « vous-même » de la veille. En ce sens, se blesser et ne pas pouvoir s’entraîner pendant des semaines, voire des mois, ne vous aidera pas à progresser.

#10 Faites attention à vos partenaires de combat

Pendant un randori, n’arrachez pas le bras de votre partenaire lorsque vous essayez de finaliser. Contrôlez vos soumissions et appliquez la pression graduellement. Cela laissera le temps à votre partenaire de sentir la douleur arriver et de taper.

Aussi, si vous pesez 15-30kg de plus que votre adversaire, utilisez votre force avec parcimonie et travaillez plus souplement car les accidents peuvent arriver très vite. N’oubliez pas que l’essence du Jiu Jitsu Brésilien ne réside pas dans la force mais dans la technique et la stratégie.

Combattez avec souplesse, en technique et gardez votre force pour les compétitions.

N.B: De même lorsque le prof dit de combattre en souplesse, ne mettez pas 120% de votre force. Il n’y a rien de plus désagréable que de combattre avec un partenaire qui bourrine alors qu’on essaye soi-même de travailler en technique!

En combat d'entraînement de JJB, une grande différence de poids entre les 2 adversaires peuvent rendre le combat à sens unique et les blessures peuvent arriver plus rapidement

Les blessures peuvent arriver plus vite si les 2 adversaires ont des gabarits très différents.
A moins de vous entraîner pour une compétition sans limite de poids (absolute), choisissez de préférence un adversaire de votre gabarit si vous débutez. Ce sera moins traumatisant ;-).
Si vous faites 30kg (ou plus) de plus que votre adversaire, pas besoin de bourriner sur votre partenaire d’entraînement: votre poids est un avantage bien suffisant !

Lorsque je combats contre des partenaires très gradés, notamment les ceintures marrons et noires, je me rends compte qu’ils n’utilisent aucune force. Ils utilisent les bons gestes au bon moment, ils appliquent la pression au bon endroit et ils contrôlent les bons membres. Et lorsque ça ne passe pas, ils changent de position avec fluidité au lieu de forcer avec brutalité. J’ai beau voir le renversement ou le passage de garde arrivé comme un film qui défile au ralenti, je ne peux l’éviter. Malgré cela, j’ai le temps de sentir comment mon partenaire me maîtrise et cela me permet d’apprendre énormément.

C’est ce Jiu Jitsu à la fois fort et doux que je prône et je pense que ce n’est pas par la force brute que nous pouvons y arriver.

Gardez vos ongles courts

Gardez vos ongles des mains et des pieds courts. Cela évite de planter vos ongles par mégarde dans la chair de vos partenaires. Car, qui a envie d’expliquer à sa compagne ses marques de griffures, le soir venu après l’entraînement ? 😉

#11 Coopérez avec votre partenaire pendant la technique

Pendant les phases de répétitions techniques, ne résistez pas comme un forcené lorsque votre partenaire essaie d’appliquer la technique sur vous. Coopérez et suivez le mouvement.

Après ce sera à votre tour, et je suis sûr que vous avez envie d’apprendre à réaliser la technique correctement avant de passer aux randoris. A ce moment-là, vous pourrez vous donner plus sérieusement!

Aidez vos partenaires moins expérimentés

Si vous en avez l’expérience, proposez-vous d’aider vos partenaires moins expérimentés à rectifier leur technique.

Et si un élève gradé (ou non) vient vous donner un conseil, n’oubliez pas de le remercier. C’est la moindre des politesses !

#12 Soignez-vous!

Si vous avez un rhume, une gastro ou je ne sais quelle autre joyeuseté, restez chez vous et soignez-vous!
Même si vous mourrez d’envie d’aller vous entraîner, il vaut mieux revenir guéri que d’être celui qui a refilé la crève à tous ses partenaires… voir pire.

De même, si vous avez des plaies ouvertes, mettez du sparadrap. Cela vous évitera d’attraper d’horribles infections et de salir le tatami et les beaux kimonos de vos adversaires.

Les autres petites choses à savoir

  • En JJB, les ceintures blanches n’ont pas le droit d’appliquer des clés de cheville, de clés de jambe ou de poignet;
  • Par ailleurs, les gradés ne sont pas sensés appliquer ces techniques sur les ceintures blanches (même si cette règle n’est pas toujours respectée ;-));
  • Lorsqu’on saisit les ourlets de manches ou du pantalon de son adversaire, il est interdit de mettre les doigts à l’intérieur de l’ourlet. Cela permet d’éviter de se retrouver avec les doigts tordus… Il faut donc apprendre les différents « grips » pour saisir son adversaire;
  • Pas de bijoux à l’entraînement;
  • Dans certains clubs, il est coutume de saluer en direction du tatami lorsqu’on y entre ou qu’on en sort;
  • Dans certains clubs, il est aussi coutume de se tourner en direction du mur pour se rhabiller ou rattacher sa ceinture;
  • Si vous avez tendance à suer beaucoup du visage, essuyez-vous régulièrement pour éviter de gouter sur celui de votre partenaire;
  • Si vous avez la pilosité bien fournie, le port d’un rashguard est recommandé pour éviter que vos partenaires ne  s’étouffent dans votre torse;
  • Lorsque vous travaillez les takedowns, aidez votre partenaire à se relever.

 

Voilà ! En connaissant ces règles de base, simples mais ô combien fondamentales, vous vous ferez bien voir par vos partenaires et par votre professeur. Gardez de bonnes relations avec eux et ils n’hésiteront pas à vous aider à progresser. N’oubliez pas que sans vos partenaires et votre professeur, vous ne pourrez pas améliorer votre Jiu Jitsu !

N’hésitez pas à me dire  dans les commentaires si vous pratiquez des règles différentes dans votre club ou bien s’il y a des règles que j’ai oublié de mentionner!

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver l'article:

  • staphylocoque
  • staphylocoque doré
  • stafilococ dore
  • Phototos des staphylocoques
  • jjb main

Un commentaire

  1. Le sport c’est aussi la discipline et le respect. Je suis entièrement d’accord avec ces règles de savoir-vivre.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page

Une petite seconde, avant de partir :-)
Reçois gratuitement le guide
"Accélérez votre progression en Jiu-Jitsu Brésilien" 

7 ceintures noires te dévoilent leur secret pour progresser rapidement:
  • Combien de fois par semaine faut-il s'entraîner?
  • Comment mieux mémoriser les techniques?
  • Le point #1 sur lequel se concentrer pour progresser rapidement en JJB
  • Quels types d'adversaires combattre à l'entraînement?  
ENVOIE MOI LE GUIDE !
Accélérez votre progression en JJB Guide
close-link