Défense en JJB : idées, concepts et méthode

Vous êtes ici : Accueil > Entraînement JJB > Défense en JJB : idées, concepts et méthode
Défense en JJB : idées, concepts et méthode

Dans cet article j’aimerais aborder une thématique qui gène beaucoup les pratiquants qui débutent le Jiu-Jitsu Brésilien : la défense !

Qui ne s’est jamais retrouvé coincé par son adversaire dans la position de 100 kilos, épuisé pour avoir tout essayé sans succès, et frustré qu’aucune des techniques connues ne marchent ?

Si c’est votre cas, lisez la suite car je vais partager les concepts d’un grand champion de JJB ainsi que la méthode que j’ai utilisée pour apprendre à mieux défendre en Jiu-Jitsu Brésilien.

Les concepts fondamentaux pour bien défendre en Jiu-Jitsu Brésilien

J’ai récemment eu la chance de participer à un séminaire organisé par mon club dont l’intervenant était le double champion d’Europe IBJJF 2018 dans sa catégorie et en absolute: Keenan Cornelius

Le « gars » se permet même de soumettre tous ses adversaires tant qu’à faire!

Interlude Culture : Qui est Keenan Cornelius ?

Qui est keenan corneliusKeenan Cornelius est un compétiteur américain (-88kg) habitué des podiums des grandes compétitions avant même la ceinture noire (déjà champion du monde en 2011 et 2012 en violette).

Quelques titres majeurs de son palmarès (pour ne pas rendre l’article trop long!) :

  • Double champion d’Europe IBJJF 2018
  • Champion aux Pan-Ams 2018/2015/2014
  • Champion du monde No-Gi IBJJF 2014
  • 2è place à l’ADCC 2017
  • Etc…

Il s’entraîne chez la célèbre team ATOS sous l’égide d’Andre Galvao. Keenan est connu pour privilégier le jeu en garde et pour avoir inventé et développé la célèbre worm-guard.

C’est certainement l’un des combattants les plus en vue du moment !

Le séminaire était axé sur la technique fondamentale qu’est l’omoplata (soumission avec laquelle il a finalisé tous ses combats aux Europe 2018). Et lorsqu’un combattant de cette envergure vous explique la « base », il y a beaucoup à apprendre à ceux qui savent tendre l’oreille et ouvrir les yeux.

A la fin du séminaire, pendant la partie question-réponse, un des meilleurs combattants français lui a demandé comment défendre contre la « worm-guard » (inventée et développée par Keenan même). Il a partagé une idée importante concernant la défense qui m’a inspiré à partager cet article.

C’est une idée simple que j’ai réalisé très tôt. Mais faute d’en être sûr, j’ai préféré la laisser mûrir avec ma pratique… jusqu’à ce que j’entende Keenan Cornelius répéter ces concepts qui résonnaient depuis longtemps dans ma tête.

Interlude Culture 2 : C’est quoi la worm guard?

worm guard jjb

La « worm-guard » (garde ver de terre!) est une garde où l’on entortille le pan du kimono de l’adversaire autour de sa propre jambe ainsi que de celle de son adversaire. Pris dedans, c’est extrêmement chiant de s’en défaire et de passer la garde ! Et pour celui qui l’utilise, elle procure un contrôle très fort et permet  de renverser son adversaire très facilement, prendre son dos ou même le soumettre.

Elle est aussi puissante qu’elle est difficile à utiliser.

Voici une vidéo qui illustre bien les « méfaits » de Keenan avec cette terrible garde (ainsi que les difficultés pour ses adversaires de s’en sortir) !

Concept #1 : le JJB est un sport de domination, pas de soumission !

Quand on débute et qu’on combat contre un adversaire qui a plusieurs années de pratique, on se fait soumettre toutes les 30 secondes.

C’est d’ailleurs ce qui nous attire dans cet art à nos débuts : les soumissions !

Mais il suffit de regarder des pratiquants d’un niveau équivalent qui ont plusieurs années de pratique: les soumissions se font plus rares, et déterminer le gagnant est plus subtil pour un oeil non avisé.

Le Jiu-Jitsu n’est pas simplement un sport où la victoire est déterminée par la soumission.

On se bat pour gagner des positions de plus en plus dominantes. La soumission n’est que la conséquence de cette domination.

Comprendre cette idée fondamentale m’a permis de progresser plus rapidement et surtout d’être plus satisfait de ma pratique. Car s’attendre à soumettre tous ses partenaires à tous les coups est une recette infaillible pour passer à côté du plaisir et de la sensation de progression. Ces 2 choses sont indispensables pour progresser durablement à mon avis.

Ceci étant dit, comment tirer parti de ce concept important pour améliorer sa défense en JJB ?

Et bien, pour mieux défendre, il faut empêcher son adversaire de prendre des positions de plus en plus dominantes !

Ce qui m’amène au concept suivant:

Concept #2 : La meilleure défense, c’est de ne pas tomber dans le panneau !

C’est ce que Keenan a expliqué pour la « worm » : la meilleure façon de défendre, c’est de ne pas lui laisser l’occasion de s’installer dans cette position.

Pour faire le parallèle, Keenan a pris l’exemple de la croix (ou 100kilos): si votre adversaire vous prend en croix, c’est déjà trop tard. Vous avez beau essayer d’utiliser la technique de la langouste, comme vue et répétée des centaines de fois, ça ne fonctionne pas!

Se demander « comment sortir de la position de 100 kilos en JJB ? » revient à se demander: « comment ne pas prendre un penalty au foot ? »

Ca parait évident dit comme ça, mais c’est pourtant une question qu’on se pose constamment quand on débute.

Votre adversaire vous a dominé le temps d’un échange et vous a commis à la faute : être coincé dans la position de 100kg en est simplement la conséquence.

Se poser de meilleures questions permet de progresser plus rapidement

Donc au lieu de se demander « comment sortir de la croix », demandez-vous plutôt :

« pourquoi mon adversaire arrive à prendre la croix ? »

«  quelle erreur ai-je commise pour le laisser passer ma garde?

«  qu’est ce que je ferai la prochaine fois pour l’empêcher? »

Petit à petit, vous remonterez à la source du problème. Au lieu d’avoir l’impression de défendre constamment, vous anticiperez les attaques de votre adversaire de plus en plus tôt. Vos phases de domination arriveront plus rapidement et plus fréquemment. C’est la clé vers la victoire ;-).

En défense, plus tôt vous réagissez, mieux c’est !

En JJB, le timing est un concept important.

Une raison pour laquelle la sortie de croix est inefficace, c’est souvent parce qu’on l’effectue lorsque l’adversaire est déjà bien ancré sur nous !

Vous aurez plus de chance qu’elle fonctionne si votre adversaire est encore dans le mouvement.

Défendre la position de 100 kilos

Pour défendre contre la croix par exemple, on peut imaginer du plus difficile au plus facile:

  1. Plus difficile: votre adversaire est en croix sur vous, son centre de gravité bien placé. Vous ressentez la pression, il a bien fermé l’espace.
  2. Attention, c’est chaud : Votre adversaire s’apprête à prendre la croix, vous avez encore une demi-seconde pour faire la langouste et recomposer. Mais vite! Car après, c’est trop tard
  3. Ouf, c’est juste mais ça passe: Votre adversaire vient juste de passer votre garde, il transitionne vers la croix. Vous avez le temps de recomposer. Il a légèrement pris l’avantage le temps d’une fraction de seconde, mais vous le neutralisez.
  4. Neutre: Votre adversaire essaye de passer votre garde. Il amorce son passage mais vous recomposez aussitôt
  5. Plus facile: Votre adversaire fait un mouvement, mais vous réajustez subtilement votre position. Votre corps est détendu, à l’écoute des sensations. Mon ami et professeur Jean-Michel appelle cela « avoir les mains et les pieds en antenne ». Vous êtes au niveau supérieur, là !

Plus tôt vous agissez pour contrer les (micro)mouvements de votre adversaire, plus votre défense est solide.

A l’étape 5, l’idée de vous faire prendre en croix par votre adversaire est très loin. (Même s’il suffit d’un moment d’inattention pour descendre dans les échelons !). Au dessus de ce niveau, vous êtes capable de jouer avec les mouvements de votre adversaire pour le mener à la faute, et (re)prendre la domination de l’échange.

Petit exercice: essayez d’imaginer les différents scénarios pour la défense d’une clé de bras, d’une omoplata ou d’un triangle par exemple !

Comment défendre en JJB : mon plan de route !

Maintenant que j’ai parlé des concepts fondamentaux, voici les choses auxquelles je pense quand je suis dans une situation neutre ou défensive. Même si je dis « penser », la pratique et l’habitude rendent le processus inconscient. Mais au début, il faut se le forcer régulièrement dans le crâne !

Avoir une bonne posture (ou forme de corps)

La posture est la base d’une bonne défense en JJB.

Une bonne posture vous évitera de vous prendre des clés à tout va.

Mauvaise et bonne posture en JJB

A gauche, Jean-Michel illustre une mauvaise posture. A droite, il récupère une bonne posture. (images issues du programme « L’Art de Gagner en Randori« )

Quelques éléments non exhaustifs pour améliorer votre posture lorsque vous jouez au dessus :

  • les coudes proches du corps
  • le buste droit
  • une position stable, prête à contrebalancer les mouvements adverses
  • les fesses pas trop hautes par rapport aux épaules si on est debout
  • etc.

De même, quand on est sur le dos, une bonne forme de corps empêchera votre adversaire de passer votre garde trop aisément.

Elle doit permettre de contrôler les mouvements et la distance de l’adversaire.

J’ai posté une vidéo sur Facebook où je donne un exemple de bonne forme de corps en JJB.

Avoir le bon état d’esprit

Comme expliqué plus haut à propos des concepts, la bonne défense se joue avant d’être pris au piège !

Votre objectif est d’anticiper le plus tôt possible pour empêcher votre adversaire de prendre une position dominante.

L’état d’esprit à avoir: ne laissez pas votre adversaire vous mettre dans une situation compliquée

Si vous combattez contre Keenan, il vous dirait que la meilleure défense contre sa worm guard, c’est de l’empêcher de s’y installer.

De la même façon, si vous savez que votre adversaire est fort en garde fermée, empêchez-le simplement de la prendre.

Gardez en tête la priorité

Si vous êtes dans la garde fermée de votre adversaire, ne tentez pas de l’étrangler avec son kimono car vous prendrez une clé de bras si votre opposant est malin !

Votre priorité, c’est de sortir de la garde!

Et bien sûr, garder une posture correcte est une priorité ! C’est la base si vous avez suivi 😉

Que faire quand c’est trop tard ?

Votre adversaire vous a pris en croix ou il a réussi à isoler votre bras et s’apprête à vous faire une clé. Que faire ?

Limiter les dommages

Encore une fois, n’oubliez pas la priorité. Si votre adversaire a pris une position dominante, la priorité est de ne pas vous faire soumettre, quitte à lui donner une position.

Par exemple: si vous êtes pris en croix, il vaut mieux donner la montée que de surexposer son bras et se prendre une clé.

Adoptez une posture hermétique avant tout :

  • si vous êtes pris en croix, ayez les coudes proches de vous, en essayant de grappiller de l’espace (défendre = créer de l’espace)
  • si vous êtes pris en montée, ayez les coudes proches du corps en empêchant l’adversaire de monter plus haut sur votre buste. Vos mains servent à défendre les étranglements.
  • si votre adversaire a réussi à isoler votre bras, accrochez-vous à ce que vous pouvez en attendant de trouver une potentielle échappatoire.

Soyez attentif, ne vous surexposez pas au risque. Il s’agit ici de défendre avec patience et…

Attendre le moment opportun

Si vous êtes hermétique ET que votre adversaire ne trouve pas de solution, il changera de position.

C’est à ce moment là que les choses se joueront. C’est l’heure de profiter de l’espace qui est en train de se créer pour récupérer votre distance.

Si votre adversaire passe de la croix à la montée, c’est pendant la transition que vous pourrez tenter de récupérer une demi-garde par exemple. S’il passe la montée trop vite, c’est le moment de tenter une sortie de montée avant qu’il ne soit bien ancré sur vous (cf. le concept sur le timing!)

Ou par exemple, si vous étiez pris en clé de bras, un moment d’inattention de l’adversaire peut vous permettre d’en profiter et de vous libérer.

Ou créer-le en tendant un piège

Avec plus de pratique, vous pouvez tenter d’appâter votre adversaire vers une situation plus dominante pour profiter de la situation.

Pour profiter de la situation, il faut évidemment savoir ce que vous allez faire pendant l’intervalle de transition!

Il faut alors jauger le ratio risque/récompense en fonction du niveau de votre adversaire:

  • le même degré d’exposition est plus dangereux face à une ceinture noire plus précis et réactif qu’à une ceinture blanche plus lent et hésitant

Comment améliorer sa défense

Pour clotûrer cet article, voici le processus que j’utilise pour améliorer ma défense.

1 Réaliser la situation

Quand je réalise que je me fais toujours avoir, j’essaye de comprendre :

« comment mon adversaire me mène à cette situation »

«  Quelle est l’erreur que j’ai fait pour en arriver là ? »

2 Apprendre une solution

Une fois que j’ai compris le problème, c’est alors plus facile de chercher une solution car je peux l’exprimer clairement :

  • En exposant le problème à mon prof, à mes partenaires
  • En regardant sur internet s’il existe une situation similaire

3 Répéter la situation

A l’entraînement, je prends un moment pour répéter la technique avec un partenaire. Cela me permet de travailler ma mémoire musculaire et de parfaire les petits détails avec l’aide de mon partenaire. Je lui demande ce qu’il ressent tout le long de ma répétition. (Oui, votre partenaire n’est pas un mannequin inerte en répétition technique!)

Ensuite, j’essaye d’appliquer la technique que j’ai apprise en randori. Le plus simple est de combattre contre le partenaire qui n’a cessé de vous mettre dans la situation désavantageuse pour laquelle vous avez travaillé.

 

J’espère que cet article vous a plu et vous aura aidé à mieux comprendre les mécanismes de la défense en Jiu-Jitsu Brésilien. Quelle est la technique par laquelle vous vous faites tout le temps avoir ? Avez-vous trouvé une solution ? Racontez votre histoire dans les commentaires !

Mots clés qui ont permis aux internautes de trouver l'article:

  • progresser en jujitsu bresilien

8 commentaires

  1. Super article comme d’habitude 👍 merci Dany 😄

  2. Excellents conseils, surtout pour la forme de corps (petite vidéo). Merci beaucoup Dany.

  3. Très bon article
    Excellent le conseil sur comment éviter d’en arriver là 👍
    Merci Dany

  4. Slt Dany !! Super ton site !

    Je voulais avoir ton avis sur un point. J’ai 21 ans et j’ai jamais fait de sport de combat de toute ma vie. Je vais commencer le JJB cet été 😉 Mon (future) dojo donne aussi des cours de Muai Thaï et de MMA.

    Ma question : est-ce que ce serait utile selon toi de faire plusieurs art martiaux dans la semaine (JJB + MMA ou JJB + Muai Thaï ou même les 3 ?!!), ou mieux vaut se concentrer sur le JJB uniquement et ne pas trop s’éparpiller ?

    • Merci Avi 🙂

      Clairement, je te conseille de te concentrer sur une discipline pour commencer si tu veux progresser vite (à condition que ton dojo donne au moins 2-3 cours par semaine).

      Si ton objectif est d’être bon en JJB, tu n’as pas besoin de faire autre chose que cela.

      Si au bout d’une saison, tu es toujours là et que tu as tjs le feu, il sera toujours temps de rajouter une discipline 🙂

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

Revenir en haut de la page

Une petite seconde, avant de partir :-)
Reçois gratuitement le guide
"Accélérez votre progression en Jiu-Jitsu Brésilien" 

7 ceintures noires te dévoilent leur secret pour progresser rapidement:
  • Combien de fois par semaine faut-il s'entraîner?
  • Comment mieux mémoriser les techniques?
  • Le point #1 sur lequel se concentrer pour progresser rapidement en JJB
  • Quels types d'adversaires combattre à l'entraînement?  
ENVOIE MOI LE GUIDE !
Accélérez votre progression en JJB Guide
close-link

Send this to a friend